Vidéo mal calibrée n'est pas buzzée

Oui ! La vidéo est un puissant levier. Ce sont bien les clips vidéos - et non les articles de presse - qui enregistrent le plus de vues dans le monde ; ce sont bien les vidéos qui font le buzz. Toutefois, vouloir, pour sa société, faire l'événement avec un clip comporte un piège : celui de provoquer l'indifférence polie. Anaylse de la vidéo de Pierre et Jean, "les apôtres du pain à l'épautre", qui fait de l'audience sans être brillante.

Cosmonautes, de retour sur terre
Dans une vidéo, l'humour prime sur l'image. © DR

Réseaux sociaux et résultats

D'abord, de quoi parle-t-on ? Le clip Les Apôtres Pierre et Jean est la parodie de la chanson Black M ft. Kev Adams Le Prince Aladin.

Sorti en 2015, le film Les Nouvelles Aventures D'Aladin a été un énorme succès, avec plus de 4,3 millions de (jeunes) spectateurs. La chanson n'a pas démérité non plus, au contraire.

La vidéo laisse bien sûr tomber le "désert" et le film pour reprendre la mélodie de la chanson et faire la promotion de l'enseigne des "double-champions suisses".

Au 5 octobre 2017, les chiffres sont les suivants :

Facebook : 42 000 vues, 155 partages, 225 likes (j'aime, j'adore, haha) et 55 commentaires
Membres de la page : 7315 j'aime
Vidéo postée le (dimanche) 1er octobre 2017.

YouTube : 185 vues, 11 j'aime et 1 je n'aime pas.
Abonnés de la chaîne YouTube : 3 abonnés.
Vidéo postée le (dimanche) 1er octobre 2017.

Constat : sur Facebook, la vidéo est un succès. Si l'objectif est la notoriété, c'est gagné.

Rappelons ici que les deux géants du web ne comptent pas de la même façon les "vues" et qu'une vue ne signifie pas que l'internaute ait regardé la vidéo jusqu'au bout.

Contrairement à la vidéo parodique de Despacito, de David Charles (2,2 millions de vues), le clip Les Apôtres souffre de trois problèmes :

  • une temporalité à contre-temps : la chanson n'est plus dans les mémoires et la saison n'est déjà plus tant à la fête et au soleil;
  • une non-spontanéité, qui rend le clip presque attendu;
  • un déficit d'humour, malgré tout (et c'est sans doute le plus dommage).

La parodie de Salt Bae, bien vue
La parodie de Salt Bae, peut-être la meilleure séquence. © DR

Malgré le succès en chiffres, une vidéo qui cloche

Alors que David Charles s'amuse de transposer un rythme portoricain dans le Jura, les artisans essaient de casser l'image du boulanger enfariné en présentant, "double-champions suisses" oblige, des étals haut-de-gamme et en affichant un style de vie de banquier.

Voulant assumer son côté genevois et bling-bling du milieu gangsta-rap, le clip multiplie les codes de l'été (en octobre) :

  • lunettes de soleil
  • quai du lac Léman
  • ambiance club (lumières roses)
  • bateau sur le lac / wake-board

Le tout entrecoupant des séquences dans la boulangerie, aussi bien dans la partie "cuisine" que dans l'espace de ventes de leurs boutiques.

Certes, c'est une vraie rupture, mais qui n'est pas exploitée jusqu'au délire.

La meilleure séquence est sans doute encore à 1:45, qui pastiche Salt Bae (cf. plus haut). Mais le passage est beaucoup trop rapide...

Au final, l'intégration des collaborateurs, ainsi que la mise en scène irréprochable font de ce clip une vidéo plaisante à regarder. Mais à regarder... sans le son:

  • Les paroles s'efforcent de caser toute une série de mots-clés pour présenter les points forts de cette boulangerie, du pain aux réseaux sociaux (pages Facebook/Insta).
  • La voix ne colle pas avec le style de la musique : là où l'on s'attend à du grave, type Black M, on entend un Billy the Kid de la chanson. Et c'est ce qui fait tout dérailler.

Au lieu d'un clip qui suscite la sympathie, on assiste à un spot publicitaire, qui semble long mais qui ne l'est pas (2:11).

Dans la vidéo ci-dessous, Wohne wie auch immo du willst, le décalage entre le personnage et son comportement (dès 0:29) étonne et amuse vraiment. Même sans comprendre l'allemand, on se projette plus facilement.

Les ingrédients d'une vidéo buzzée

Ne nous leurrons pas : les chiffres du clip sont très bons et en terme de "reach", les retombées sont excellentes. Vraisemblablement, en faisant appel à des professionnels, Pierret Jean pouvaient cependant espérer une reprise dans les quotidiens Le Matin ou dans le 20 minutes - graal de la renommée régionale.

Pour parvenir au statut de phénomène, il faudra compter sur un bouche-à-oreille qui ne s'est pas encore enclenché plus que ça. Pour mémoire, en juin dernier, la vidéo Racler comme jamais, par le même David Charles, avait donné lieu à une raclette party géante à Neuchâtel cinq jours après.

Gageons que, pour la sortie de Star wars VIII, en décembre, la deuxième tentative sera couronnée de succès.

communication rhétorique relation client